Accueil du site > Vie de l’association > Evénements engagements JVMC > Les fêtes en Saint Urbain > Discours de remerciements de Gilles Sallic, à l’occasion de la remise de la (...)

samedi 23 novembre 2013

Discours de remerciements de Gilles Sallic, à l’occasion de la remise de la médaille du Mérite agricole

Le 1er septembre 2013

C’est avec émotion que je reçois cette distinction émérite.
Je voudrais tout de suite la dédier à l’association que je représente...

“C’est avec émotion que je reçois cette distinction émérite.
Je voudrais tout de suite la dédier à l’association que je représente. C’est tout autant "Jardins et vergers" qui se trouve distingué par son objet de faire vivre les jardins familiaux et collectifs en milieu péri-urbain.
Même si le site qui nous entoure conserve son aspect bucolique.
Une association irriguée par les valeurs de solidarité ‘d’entraide, de chaleur humaine, de pragmatisme du sens de la réalité d’hommes et de femmes qui en bons jardiniers ont les pieds sur terre.
Je la prends comme reconnaissance des bons engagements, des choix justes, comme une invitation à poursuivre la défense des jardins amateurs. Moi qui pensais passer la main…
Main que je lèverai avec vous à notre santé et au maintien des jardins sur le site de St Urbain. ”



Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.