Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > Vie en St Urbain > Entretiens des jardins de Saint Urbain en cette période d’hivernage

mardi 31 décembre 2013

Entretiens des jardins de Saint Urbain en cette période d’hivernage

L’hivernage c’est le temps où les jardins sont en dormance. Ce n’est pas le cas des jardiniers qui se retrouvent pour mettre la paille au sec car l’eau monte en cette période et pour retourner et resserrer le compost collectif qui avait tendance à prendre ses aises. Brouettes et fourchés s’activent, sous un ciel traversé par de fugaces éclaircies et sous l’œil du noyer.

Le compost mûrit mieux quand il est retourné.

D’aucuns disent que cette paille servira bientôt à brûler certains papiers, on se demande lesquels

Les jardins de Saint Urbain sont là depuis toujours au pied de la montagne, ils semblent ignorer la menace qui pèse sur eux. Un superbe arc en ciel en ce petit matin du 29 décembre, plusieurs en témoignent, est venu confirmer leur tranquillité souveraine.

C’est bon de voir la bonne couleur ocrée de la paille bio qui servira à mettre au chaud nos petits semis de printemps !

Ah, ce bon vieux noyer, il en aura vu passer des jardiniers, des clercs, des laïcs, des simples et des savants, son port altier ne craint nullement les nuages gris qui s’amoncellent.
Il domine les jardins de St Urbain de toute sa prestance, puisse-t-il être le seul à avoir ce pouvoir !
Sait-il que beaucoup d’hommes de notre temps sont aveugles ?
Sait-il qui leur ouvrira les yeux ?

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.