Accueil du site > Passions de jardiniers > Biblio/ filmographie > Le Monde selon Monsanto de Marie Monique Robin

dimanche 9 août 2015

Le Monde selon Monsanto de Marie Monique Robin

Marie Monique Robin était à Dijon au mois de juin invitée par La Nef. Plusieurs d’entre nous sont allées l’écouter. Toujours aussi convaincante, d’une grande clarté et faisant preuve d’un bel amour de l’humanité, c’est une défricheuse, une travailleuse infatigable qui dénonce et informe avec une rigueur et une ténacité admirables.
Si vous ne les avez pas encore vus, regardez ses films, vous ne pourrez plus dire : "On ne savait pas, on n’avait pas compris..."
C’est l’avenir de nos enfants et de nos petits enfants qui est confisqué par "un empire industriel qui à grand renfort de mensonges, de collusion avec l’administration américaine, de pressions et de tentatives de corruption est devenu le premier semencier du monde, permettant l’extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine" !

Voir en ligne : Le Monde selon Monsanto

P.-S.

Tous les films de Marie Monique Robin sont à voir :

  • Du poison dans notre assiette
  • Les moissons du futur
  • Sacrée croissance

Cherchez aussi les interviews video qu’on trouve sur le net.

Sa parole est précieuse.

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.