Accueil du site > Arts et vie en Saint-Urbain > Vie en St Urbain > Belle journée que celle du 10 septembre 2011 en Saint-Urbain (...)

samedi 10 septembre 2011

C’est la rentrée des jardiniers !

Belle journée que celle du 10 septembre 2011 en Saint-Urbain !

Tâches partagées et convivialité.

Ce samedi 10 septembre, le temps nous a souri et la journée fut bien remplie !

Au programme : le calibrage des parcelles, la sécurisation des abords des puits, le nettoyage du verger, les premières plantations dans la pépinière du Verger de la Côte.

Lieu : St Urbain.

Le matin brumeux laissa vite la place à un soleil doux et de plus en plus chaud.
Chacun s’est activé au nettoyage, calibrage,
débroussaillage, arrachage de ronces, désherbage manuel...
JPEG

JPEG
La journée fut ponctuée d’agréables surprises : découverte d’une colonie d’escargots ( helix lucorum concurrent de nos helix pomatia de Bourgogne) bien cachés dans l’humidité des bûches, sous le cognassier,

puis celle d’un triton qui voulut bien nous montrer son ventre orangé...


Entre sourires et coups de main, de coups de fourche en trajets de brouettée, du cliquetis des sécateurs au ronronnement ininterrompu des engins à moteur, la chaleur finit par rassembler sous le noyer une tablée amicale régalée par Mylène, Annie, Jean Philippe et bien d’autres... Surprise de la terrine maison, des salades composées des récoltes du jardin, de la liqueur de myrte de Corse (oui !) ou du Bourgogne Marsannay de Sylvain... surprise du temps si plaisant en cette fin d’été , petite brise, ombre du noyer, couleurs rosissantes des frondaisons... Les conversations allaient bon train : du discours du président aux échanges en allemand avec Petra, il fut aussi question des dangers du datura et de l’eau omniprésente sous nos pieds.

Nous avons trinqué à la santé de Saint Urbain que nous aimons,

sous le regard complice de Merlin et du Visiteur qui brillait dans le soleil de midi !

Revenir à la

Météo en Saint Urbain :


Rencontres à la croisée des chemins

Pourquoi les jardins de Saint Urbain doivent-ils être protégés ?

Aujourd’hui, c’est un non sens de bétonner et goudronner une terre vouée au maraîchage depuis des siècles et qui est toujours cultivée par des familles à la recherche d’une alimentation plus saine, moins coûteuse et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. Cette terre de saint Urbain n’a jamais été aussi précieuse au moment où la ville tentaculaire se construit en étouffant la vie et où les décideurs cèdent aux promoteurs plutôt que d’être attentifs aux besoins des personnes, au moment où notre planète est en danger, la vie menacée, le monde déshumanisé... Se battre pour sauver Saint Urbain, c’est faire sa part de colibris, participer un peu à sauver ce qui peut encore l’être, à un éveil des consciences qui ne fait que commencer et qui permet à l’espoir de tracer son chemin vers l’avenir.